Découvrez les bienfaits de couper son téléphone portable pendant quelques instants !

 

Apprenez à redécouvrir la vraie détente !

 

Éteindre son téléphone quelques instants : pas facile !

 

« Quelques instants » peut dire : cinq minutes, 2 heures, un jour, une semaine, pendant les vacances et bien plus s’il le faut. À vous de prendre cette liberté. Vous vous demandez pourquoi vous ne parvenez pas à lâcher prise sur votre smartphone, pourtant vous en mourrez d’envie. Pas de panique, il y a une explication à ce phénomène et une solution à chaque problème !

 

Comprendre le passé pour vivre paisiblement le présent.

 

Le téléphone portable a été conçu en 1983 par Motorola aux États-Unis. À la base, cet appareil avait pour objectif de facilité la disponibilité de chacun à n’importe quel moment. Au début, il s’agissait d’une révolution : fini de tirer sur le fil, rester chez soi toute la journée pour attendre un appel important ou d’attendre un ami en retard…

 

Les années sont passées aussi vite que la technologie. Aujourd’hui appelé smartphone, ce petit appareil est devenu indispensable voir vital dans la vie de chacun. En effet, il n’a plus la même utilité qu’il y a 20 ans. Aujourd’hui nous retrouvons ancrés dans les mobiles, les valeurs intégrales de chacun, la vie de chacun, des photos, toutes sortes d’applications plus ou moins économiques ou connectées.

 

 

Fini le temps des années 80 et ce goût de liberté. Place à la grande culpabilité.

 

« Personne ne m’envoie de message aujourd’hui ? On ne pense pas à moi. Personne ne m’a appelé pour prendre de mes nouvelles ? On m’oublie. Qu’ai-je donc fait de mal pour qu’on ne s’intéresse pas à moi ? Je suis une mauvaise personne. »

Vous l’avez compris, le mobile est devenu l’élément qui nous rend dépendant des autres.  

 

Et voilà les réseaux sociaux installés sous forme d’application sur le mobile où tout le monde doit se mettre en scène. En quête d’amour, de confiance en soi, s’inquiéter du regard des autres, ou même se dévaloriser au moindre faux pas. « Combien de personne ont aimé ma photo de profil sur Facebook ?  30, alors que je compte plus de 1000 amis. Pourquoi cette personne a-t-elle plus de j’aime que moi ? Je suis sans doute moche au final. »

  

Le scénario du pire ? S’enfermer dans une attitude attentiste qui nous rend dépendant des autres. Éteindre son téléphone c’est se déconnecté du monde et dire oui à la liberté.

 

Déconnecter pour se libérer : c’est préserver sa santé mentale

 

Comprendre que son téléphone nous empoisonne doucement c’est une chose, mais quand il s’agit de l’éteindre, nous entrons dans un sujet délicat. Il ne faut pas oublier que le téléphone portable nous suit absolument partout. Déconnectés de la réalité, nous ne réalisons plus que le fait d’être toujours joignable, seul ou accompagné sur l’instant T, est très perturbant. Cela oblige à se justifier sur son emploi du temps auprès de quiconque (le travail, les amis, la famille etc.).

 

De plus, une étude sud-coréenne a été faite sur l’impact des écrans sur notre cerveau. D’après cette étude, regarder un écran trop souvent aurait un effet négatif sur la production d’une molécule du cerveau. Cette molécule qui est indispensable pour l’équilibre émotionnel du cerveau. Éteindre son téléphone et s’ouvrir aux autres pour vivre l’instant présent.

 

Sophrologie : Se libérer, s’ouvrir au monde

 

 

 

Vous pensez encore qu’éteindre son téléphone c’est prendre un risque, que votre entourage va vous en voudra ? Avez-vous déjà pensé ne serait-ce qu’une seconde à ce que vous désiriez au plus profond de vous ? Le calme, le silence, le sentiment d’être libre et de faire ce que vous voulez, quand vous le voulez. C’est ça les bienfaits de couper son téléphone portable.

 

Nous avons ici l’expérience d’une jeune étudiante, qui après une aventure humanitaire, avait égaré son téléphone.

 

« C’était le quatrième téléphone que je rachetais en un an et demi. Je revenais d’une aventure extraordinaire qui m’a ouvert les yeux sur pas mal de choses. Le matériel, le fait de devoir rendre des comptes tout le temps ou de se demander ce que pense les autres de moi, se braquer, se mettre la pression pour bien faire et bien d’autres. Toutes ces futilités avaient disparu. En revenant de mon aventure, je voyais certes les choses autrement. Je me suis dit que je ne rachèterai pas de téléphone. Quatre mois se sont écoulés, sans téléphone. Je me suis sentie libre et légère. Plus de poids sur les épaules de la part de quiconque, je n’étais plus autant centré sur moi-même, je ne me posais plus autant de question qu’avant.

 

Mon entourage m’a d’abord fait comprendre que c’était impossible, que d’un point de vue professionnel ce n’était pas très bien vue. Durant ces quatre mois, j’ai trouvé un nouveau job étudiant et un stage de fin d’année pour mes études, sans téléphone. J’ai rejoint à plusieurs reprises des amis au cœur de la ville, j’ai passé des soirées de fêtes extraordinaires. Et puis j’ai décidé, en cas d’extrême urgence, de prendre un vieux téléphone. Ma vie n’est plus la même. Je me sentais différente.»

 

Ce témoignage prouve que tout est possible et que si vous sentez le besoin de décrocher alors n’hésitez pas. Vous dites probablement non aux autres, mais c’est un oui que vous dites à vous-même.

 

Partager sur Facebook
Please reload

SAS Ecole de sophrologie Aix-Marseille 2019

 

Siège social : 190 rue Marcelle Isoard

Quartier Lafarge 13290 Les Milles

  

Email : sophro.aix@gmail.com

Tel : 06 59 71 69 56 / 09 86 24 41 36

Numéro de déclaration enregistré près le préfet de région de Provence Alpes Côte d'Azur : 93131727013

Cet enregistrement ne vaut pas agrément

Syndicat des sophrologues indépendant
  • Ecole de Sophrologie Aix-Marseille
  • Instagram Ecole de Sophrologie
  • Linkedin Sophrologie Aix Marseille
  • Twitter Sophrologie Aix Marseille
  • Youtube Sophrologie Aix Marseille
1.png

Retrouvez notre Charte Qualité en cliquant sur l'image !